Emmanuel Rivière

Exposition Parcours –  » Riassunto « 

L’H du Siège présente l’exposition Riassunto du sculpteur français Emmanuel Rivière qui vit et travaille à Montreuil, en région parisienne. Cette exposition se déroule du 29 avril au 18 juin 2022 et rassemble un ensemble de sculptures, dessins, « tableaux modelés » et autres propositions plastiques.

 

Né en 1968 à Nevers, Emmanuel Rivière a suivi un double cursus en design et en art. Élève successivement à l’École Duperré à Paris, puis à l’École Normale Supérieure de Cachan en section Art et Design, il suit l’enseignement des peintres Hervé Télémaque et Guy-Rachel Grataloup. Parallèlement, il suit les cours de Pierre Buraglio à l’École des Beaux-Arts de Paris. Après ses études, il séjourne deux ans en Afrique de l’Ouest, au Burkina Faso, où il s’intéresse aux arts premiers et à la sculpture. Né en 1968 à Nevers, Emmanuel Rivière a suivi un double cursus en design et en art. Élève successivement à l’École Duperré à Paris, puis à l’École Normale Supérieure de Cachan en section Art et Design, il suit l’enseignement des peintres Hervé Télémaque et Guy-Rachel Grataloup. Parallèlement, il suit les cours de Pierre Buraglio à l’École des Beaux-Arts de Paris. Après ses études, il séjourne deux ans en Afrique de l’Ouest, au Burkina Faso, où il s’intéresse aux arts premiers et à la sculpture. A son retour, il rompt avec le projet de faire de la peinture et pratique la photographie, la typographie (à l’École de Arts Décoratifs de Paris) et la sculpture (séjour d’été à la Saint Martin’s School à Londres). 

 

Les pièces fondatrices de son travail sont des moulages en silicone réalisés dans l’intérieur de pièces ethnographiques ou de masques africains en bois, pièces louées, prêtées à l’artiste, ou acheté au marché aux puces. « Sculpter en négatif – sculpter le vide – sculpter en aveugle » : le jeu initial du moulage – démoulage lui sert à défaire les stéréotypes de la sculpture, en cherchant à révéler son intériorité. Les pièces fondatrices de son travail sont des moulages en silicone réalisés dans l’intérieur de pièces ethnographiques ou de masques africains en bois, pièces louées, prêtées à l’artiste, ou acheté au marché aux puces. « Sculpter en négatif – sculpter le vide – sculpter en aveugle » : le jeu initial du moulage – démoulage lui sert à défaire les stéréotypes de la sculpture, en cherchant à révéler son intériorité. A partir de 2006, sa rencontre avec les musiciens de l’Orchestre National de France, puis les collaborations avec les musiciens et sound designers Igor Balost et Jean-Charles Versari, vont l’amener à imaginer un espace plastique ouvert et « polyphonique », où la sculpture, le dessin, la photographie et le son, rentrent « en résonance ». 

 

Depuis, le travail plastique s’est incarné dans de nombreuses autres pratiques – dessins, photographies, tableaux « modelés », formes plastiques-sonores, modelages à partir de modèles préhistoriques, etc. Ces recherches agissent comme des prolongements du projet sculptural, multipliant les zones de contact entre le toucher et la vue.

 

  • Vernissage en présence de l’artiste
    vendredi 28 avril de 17h à 20h30
  • Rencontre avec l’artiste et
    Gérard Poli (poète), 

    samedi 18 juin à 17h

Partenariats culturels

  • le Collège Paul Eluard à Beuvrages
  • le Collège Paul Duez à Cambrai,
  • le Collège Turgot et Collège Villars à Denain,
  • le Lycée Mansart à Marly,
  • le Foyer Bethsaïde, le Collège Chasse Royale,
  • le Collège Saint Jean-Baptiste de la Salle,
  • le Lycée Notre Dame à Valenciennes,
  • l’École Supérieure d’Art et Design,
  • la Maison d’Arrêt et la Bibliothèque à Valenciennes,
  • l’Association du Printemps Culturel à Douchy-les-Mines.
Share This